ACTUALITÉS DE LA COMMUNAUTÉ

Votre source d’information en matière d'employabilité et d’immigration : Commentez les nouvelles et demeurer à la fine pointe de l’information !

Des milliers d’agents de voyages quittent le navire

Près de 100 agences de voyages ont fermé leurs portes dans la province depuis le début de la pandémie et de nombreux conseillers ont quitté le domaine. Ceux qui restent tentent de survivre.

Je dois vous dire qu’ici, au Québec, il y a au moins une centaine d’agences de voyages qui ont déjà fermé leurs portes, constate Manon Martel, directrice de l’Association des agents de voyages du Canada (ACTA).

On sait qu’il y a plus de 2000 conseillers en voyages qui ont carrément changé leur orientation, ajoute-t-elle. À moyen terme, on est totalement sur pause. Définitivement, c’est difficile, ajoute Éric Boissonneault, vice-président de l’Association des agents de voyages du Québec.

Il indique que les petites agences ont une tendance à fusionner entre elles pour survivre.

Trafic anémique

Cette situation est liée directement à l’achalandage dans les aéroports et aux déplacements des voyageurs. Mercredi, la compagnie Air Transat a d’ailleurs annoncé qu’elle suspendait tous ses vols depuis Toronto de même que des liaisons depuis Montréal.

En moyenne, à ce temps-ci l’an dernier on pouvait accueillir jusqu’à 5000 passagers par jour à l’aéroport de Québec sur des heures de pointe très achalandées, précise Laurianne Lapointe, porte-parole de l’aéroport Jean-Lesage.

En ce moment, on est plus autour de 100, 150, illustre-t-elle. Il faudra jusqu’à 5 ans avant de ravoir un tel achalandage, croit-elle.

Les Québécois écoutent les consignes

Depuis des semaines, les voyageurs sont devenus une préoccupation grandissante des différents gouvernements. Selon Éric Boisonneault, les Québécois écoutent les consignes de ne pas voyager. Le message des deux premiers ministres est écouté. C’est une bonne nouvelle, croit-il.

Peu de réservations

C’est 97 % de moins. Cette semaine, c’est zéro réservation ou à peu près, assure France Anctil, propriétaire de Club voyages alfa à Sainte-Foy. Dans l’industrie depuis 44 ans, Mme Anctil n’a jamais vu un taux de réservation aussi faible à l’approche de la relâche. Actuellement, c’est mort parce que bien sûr personne ne veut prendre de décision avant d’entendre complètement quelles seront les mesures qui seront mises de l’avant.

L’agence de Mme Anctil, comme les gouvernements, déconseille tout voyage pour le moment. Elle demeure ouverte pour appuyer des clients dans leur demande de remboursement.

Toujours pertinent

France Anctil assure qu’elle sera là lorsque l’industrie reprendra. Si j’étais découragée, je ne serais pas là! Je serais déjà probablement ailleurs. J’aurais fermé les portes, dit-elle. Persuadé que son industrie renaîtra, Éric Boisonneault se demande à quoi elle ressemblera après la pandémie. Quels seront les voyages de demain, la destination, les tests requis, l’avion, les types d’hôtels?

Articles liés

Réponses

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *