ACTUALITÉS DE LA COMMUNAUTÉ

Votre source d’information en matière d'employabilité et d’immigration : Commentez les nouvelles et demeurer à la fine pointe de l’information !

Pénurie de main-d’oeuvre: voici le «Tinder» des travailleurs étrangers

Pendant que perdure la pénurie de main-d’œuvre à Montréal, un cabinet d’avocats de Montréal a mis en place une nouvelle technologie afin de faciliter les rencontres entre les employeurs d’ici et les postulants de l’étranger.

Visant à mener une véritable opération séduction, la plateforme web Immijob peut être considérée comme le Tinder de l’immigration pour que les employeurs et les candidats trouvent le match parfait.

La responsable d’Immijob, Lorine Benoit, est elle-même une travailleuse étrangère qui s’est vue offrir un poste dans un autre pays.

«J’ai trouvé un employeur qui était prêt à me soutenir dans mes démarches d’immigration», a-t-elle raconté à l’émission ‘À vos affaires’.

«Quand j’en parle aux gens autour de moi, on me demande ‘comment as-tu fait pour trouver un employeur prêt à te soutenir’?»

Selon Lorine Benoit, la pénurie de main-d’œuvre était bien manifeste pendant la pandémie et malgré les fermetures forcées de commerces. Les employeurs étaient à la recherche «d’un bassin de talent au Québec» et c’est ainsi qu’Immijob a vu le jour.

 

Restaurateurs et salons de coiffure, par exemple, qui sont contraints à réduire leurs heures d’opération peuvent maintenant consulter la base de données pour contacter un candidat étranger au profil préqualifié.

«Tous les travailleurs qui sont sur Immijob, on a préqualifié leur projet d’immigration au complet, explique Lorine Benoit. On regarde concrètement s’ils sont admissibles à un permis de travail. Ensuite on accompagne l’employeur dans les démaches.

«On lui dit ‘ce candidat que tu as repéré, ça va te coûter tant pour l’embaucher et ça va prendre tant de semaines.»

En terminant, Lorine Benoit offre un conseil aux employeurs qui songent à faire de l’oeil aux travailleurs à l’étranger : «Il faut bien définir le projet et ses besoins, les coûts qu’on est prêt à défrayer.

«Ensuite, on se tourne vers l’international.»

Voyez l’entrevue faite par TVA avec Lorine Benoit en cliquant ici.

Source: TVA Nouvelles

Articles liés

Réponses