ACTUALITÉS DE LA COMMUNAUTÉ

Votre source d’information en matière d'employabilité et d’immigration : commentez les nouvelles et demeurez à la fine pointe de l’information !

De quoi parlons-nous lorsque nous évoquons l’avenir des compétences ?

Le monde du développement des compétences évolue rapidement, pour trois raisons : 1) le vieillissement de la population entraîne des pénuries de main-d’œuvre généralisées, mettant en évidence la dépendance politique relative d’une nation à l’égard du développement des compétences de sa propre population par rapport à l’immigration comme principale stratégie ; 2) le lieu du développement des compétences est en train de changer, passant d’une certification coûteuse et longue dans les collèges et les universités à une formation à plus court terme et sur le lieu de travail ; et 3) le rôle de la technologie a historiquement à la fois augmenté et remplacé la main-d’œuvre, mais le dernier ensemble de technologies numériques influe sur les emplois les plus qualifiés et les mieux rémunérés d’une manière encore imprévisible.

Quelles sont les compétences dont nous avons le plus besoin dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre généralisée ? 

Dans les pays du Nord, le nombre de personnes qui quittent le marché du travail est supérieur à celui des personnes qui y entrent, en raison des tendances démographiques (départ à la retraite des baby-boomers et baisse du taux de natalité depuis des décennies). L’économie canadienne aura besoin d’un plus grand nombre de personnes venant de l’étranger pour éviter la stagnation, voire la baisse, du niveau de vie ; et il en sera de même ailleurs. Nous serons en concurrence avec de nombreux autres pays du Nord pour attirer les travailleurs du Sud, dans toutes les catégories de compétences.

Le Canada se distingue sur le plan international par la croissance de l’immigration, qui va de pair avec notre appréciation de ce que les immigrants apportent. Pendant des décennies, la politique d’immigration a été axée sur l’accueil des « meilleurs et des plus brillants », c’est-à-dire des immigrants les plus qualifiés et les plus riches en capitaux d’investissement. Pendant des décennies, les pénuries de compétences ne concernaient que des régions et des secteurs particuliers, mais les pénuries futures concerneront tous les types de compétences, partout. Tant du point de vue du marché du travail que des entreprises, le pouvoir de négociation se déplace vers les travailleurs. C’est une nouveauté. Nous avons vécu 40 ans d’excédents de main-d’œuvre. Les employeurs ont fait la pluie et le beau temps. La hausse des titres de compétences était un moyen de filtrer un grand nombre de candidats pour chaque poste à pourvoir. Or, déjà en Colombie-Britannique et au Québec, le nombre d’offres d’emploi dépasse à peine le nombre de chômeurs. Ceci est en passe d’arriver dans votre coin. De plus en plus d’entreprises embaucheront des personnes sans diplôme et seront prêtes à les former sur le tas.

Pour lire la suite de l’article, cliquez ici.

Source: Centre des compétences futures, Armine Yalnizyan, 13 avril 2022

Related Articles

Responses