ACTUALITÉS DE LA COMMUNAUTÉ

Votre source d’information en matière d'employabilité et d’immigration : commentez les nouvelles et demeurez à la fine pointe de l’information !

Rareté de main-d’œuvre: les stagiaires à la rescousse des employeurs

Alors que la rareté de main-d’œuvre cause bien des maux de tête aux employeurs, voilà une option encore méconnue qui pourrait bien faciliter leurs efforts de recrutement, soit le programme Accueillez un stagiaire qui est renouvelé jusqu’en 2024.

La formule, chapeautée par la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et financée par le gouvernement fédéral, permet de subventionner 75% du salaire brut de chaque stagiaire admissible et ce, jusqu’à concurrence de 7500 $.

Pour être éligible, il suffit d’être une entreprise ou un organisme à but non lucratif et évidemment, rémunérer l’étudiant pendant la durée du stage. Celui-ci, de citoyenneté canadienne, doit être inscrit à un programme postsecondaire qui comprend la réalisation d’un stage pratique.

Relevant de la FCCQ, mais rattachée à la Chambre de commerce et d’industries de Trois-Rivières (CCI3R), la conseillère aux entreprises, Marie-Christine Blanchette, a pour mandat de faire connaître ce programme auprès des employeurs de la Mauricie pour les encourager à accueillir des stagiaires. Elle les soutient aussi dans leurs demandes de subvention.

«Pour la session d’hiver 2022, nous sommes rendus à plus de 50 demandes de subvention», a-t-elle fait savoir tout en précisant qu’une entreprise peut déposer une demande pour plusieurs stagiaires.

Et les entreprises peuvent déposer des demandes de session en session. «Nous acceptons également toujours les demandes de subvention pour les stages en cours», précise Mme Blanchette.

Pour convaincre le plus grand nombre, celle-ci peut d’ailleurs compter sur le témoignage d’entreprises qui ont apprécié un tel programme.

C’est le cas, entre autres, du cabinet comptable Labranche Therrien Daoust Lefrançois. «Ils ont une soif d’apprendre, d’approfondir leurs connaissances et de mettre en pratique ce qu’ils voient dans leur formation. Les stages sont autant profitables pour le stagiaire que pour l’employeur, c’est du gagnant-gagnant», rapporte la directrice des ressources humaines, Marie-Ève St-Onge.

En transmettant ses connaissances et son expérience, l’employeur, dit-elle, permet au stagiaire de développer son savoir-faire et son savoir-être dans un milieu professionnel encadré.

«Quoi de mieux pour un employeur que de voir évoluer un futur employé potentiel. L’étudiant quant à lui peut montrer sa vraie nature, sa capacité d’apprendre, sa volonté de réussir. C’est l’occasion rêvée pour se faire connaître et développer son réseau. Le programme Accueillez un stagiaire donne l’opportunité aux employeurs et aux étudiants d’entrer en contact et de commencer à bâtir un avenir prometteur», renchérit-elle.

Chez Novo, on considère les stagiaires comme une richesse inestimable. «Intégrés comme membres à part entière de notre équipe, nous les accueillons car nous avons la conviction qu’ils pourront évoluer selon leurs aspirations et leur personnalité pour éventuellement faire partie de notre équipe. Le programme Accueillez un stagiaire nous permet d’ajouter et de consolider des postes au sein de notre entreprise et d’augmenter nos chances de faire croître la grande famille des novateurs», soutient la directrice des ressources humaines, Éloïse Harvey.

Pour sa part, Marie-Christine Blanchette fait valoir qu’un grand nombre de postes sont disponibles sur le marché du travail et «qu’une main-d’œuvre qualifiée se trouve du côté des stagiaires», d’où la mise sur pied d’un tel programme.

«D’aller recruter sur les bancs d’école, c’est leur meilleure méthode de recrutement. Beaucoup de PME n’ayant jamais accueilli de stagiaires vont le faire grâce à la subvention salariale et d’autres vont en prendre trois au lieu de deux. Certaines n’étaient pas censées rémunérer leur stagiaire, mais avec la subvention, ils ont décidé d’aller de l’avant», explique-t-elle.

La directrice générale par intérim de la CCI3R, Geneviève Scott Lafontaine, souligne d’ailleurs que le programme permet à des employeurs d’accueillir des stagiaires alors «qu’ils n’y pensaient tout simplement pas, ne pouvant se le permettre».

«Ça peut faire peur au départ de recevoir un stagiaire, mais avec la pénurie de main-d’œuvre, c’est une option. Ça peut vraiment aider nos PME à voir la lumière au bout du tunnel», croit-elle.

Cette dernière soulève également le fait que «si tu es rémunéré pendant que tu fais tes stages et que tu n’as pas besoin de travailler en plus, ça aide vraiment la réussite scolaire».

«C’est un programme qui a existé dans le passé, mais là, il est vraiment comme modulé à son meilleur», conclut Marie-Christine Blanchette, qui invite les employeurs à la contacter à marie.blanchette@fccq.ca.

Source: MARC ROCHETTE, Le Nouvelliste, 27 février 2022

Related Articles

Responses